Au plus profond de soi

Posté par Nanda le 5 mai 2014

b8f54a091f573280e61a6a3365fc8a86

Publié dans Ma philo | Pas de Commentaire »

Connaître le coeur véritable

Posté par Nanda le 5 mai 2014

connaitre son coeur

Publié dans Ma philo | Pas de Commentaire »

Nous sommes Connectés

Posté par Nanda le 5 mai 2014

connection

Publié dans Ma philo | Pas de Commentaire »

Nick Vujicic

Posté par Nanda le 5 mai 2014

NickVujicic

Publié dans Ma philo | Pas de Commentaire »

La nuit…le soleil

Posté par Nanda le 4 mai 2014

1625599_707014946029426_7517447922377577162_n

Publié dans Ma philo | Pas de Commentaire »

Nous sommes le Créateur de notre vie

Posté par Nanda le 11 mars 2014

538043_670890376300729_709547017_n

 

 

 

1780765_667932789929821_1791705149_n

 

 

 

1654303_636559736409277_1024540094_n

Publié dans Ma philo | 1 Commentaire »

Paroles de femmes

Posté par Nanda le 8 mars 2014

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans clip video, Ma philo | Pas de Commentaire »

Personne n’est…

Posté par Nanda le 26 septembre 2013

Personne n'est... dans Ma philo 1017377_10200802732929236_676237964_n3

Publié dans Ma philo | Pas de Commentaire »

à méditer

Posté par Nanda le 20 mars 2013

à méditer dans Ma philo 164397_492959940769888_582576834_n2

 

 

 

 

 

311322_536821816340805_1110320216_n1 à méditer dans Ma philo

Publié dans Ma philo | Pas de Commentaire »

Ecole Plénitude -Art-Thérapie Evolutive

Posté par Nanda le 11 mai 2012

Voici l’école qui m’a formé en Art-Thérapie,je suis fière de vous présenter cette vidéo, c’est une formation riche, douce et puissante à la fois.
Je suis également ravie de faire partie de l’équipe de l’association « accord » qui œuvre pour l’humanitaire et de la magnifique mission,en collaboration avec l’école Plénitude,que nous avons mené en Inde du sud .

 http://www.dailymotion.com/video/xqie8s

Publié dans clip video | 2 Commentaires »

L’INVITATION

Posté par Nanda le 26 janvier 2012

L'INVITATION dans Ma philo 386562_243040422428509_204743842924834_666593_1168729338_n-298x300

L’Invitation

Peu m’importe comment tu gagnes ta vie.
Je veux savoir quelle est cette chose
que tu veux tellement fort que ça te fait mal,
et si tu ose rêver de réaliser le désir de ton cœur !
Peu m’importe quel âge tu as.
Je veux savoir si tu es prêt à risquer de paraître ridicule pour l’amour,
pour tes rêves, pour l’aventure d’être en vie !
Peu m’importe quelle planètes sont en conjonction avec ta lune.
Je veux savoir si tu as touché le centre de ta tristesse,
si tu t’es ouvert aux trahisons de la vie
ou si tu t’es ratatiné et refermé de peur d’une douleur de plus !
Je veux savoir si tu peux t’asseoir avec la douleur, la mienne ou la tienne
et ne pas bouger pour la cacher ou pour l’estomper ou pour la dissoudre !
Je veux savoir si tu peux être avec la joie, la mienne ou la tienne.
Si tu peux danser sauvagement et laisser l’extase te remplir
jusqu’au bout de tes doigts et de tes orteils sans crier qu’il faut faire attention,
être réaliste ou se rappeler les limitations d’être humain.
Peu m’importe que l’histoire que tu me racontes soit vraie ou fausse.
Je veux savoir si tu es capable de décevoir un autre pour être vrai avec toi-même ;
si tu peux supporter d’être accusé de trahison et ne pas trahir ton âme à toi ;
si tu sais être infidèle et donc être digne de confiance.
je veux savoir si tu peux voir la beauté,
même s’il ne fais pas beau tous les jours
et si tu nourris la vie à la source de sa présence.
Je veux savoir si tu peux vivre avec l’échec, le tien et le mien,
et te tenir néanmoins au bord du lac et crier vers l’argent de la pleine lune : « OUI ! »
Peu m’importe de savoir où tu habites ni combien d’argent tu as.
Je veux savoir si tu peux te lever après une nuit de douleur et de désespoir,
épuisé et meurtri, et faire ce qu’il faut pour les enfants.

Peu m’importe qui tu connais ni par quel chemin tu es venu ici.
Je veux savoir si tu te tiendras au centre du feu avec moi et si tu ne reculeras pas.
Peu m’importe ce que tu as étudié, ni où, ni avec qui.
Je veux savoir ce que c’est qui te soutient de l’intérieur
quand tout le reste s’est évanoui.
Je veux savoir si tu peux être seul avec toi-même
et si tu aimes réellement la compagnie que tu fréquentes dans les moments vides.

Oriah Mountain Dreamer, Sage Amérindien – Mai 1994

Publié dans Ma philo | Pas de Commentaire »

L’Arbre de Ta Vie

Posté par Nanda le 26 janvier 2012

L'Arbre de Ta Vie dans Ma philo 402522_274067122659172_204743842924834_746716_423082200_n1

De Ton Arbre de Vie..
Ta Liberté en est la Sève..
Et L’Amour, tes Racines..
Les Branches, Sont Tous Les Possibles Qui s’offrent à toi..
Ne Cherches Pas Le Chemin Du Bonheur..TU décides du Chemin..Oses !
-Clo Carreno

Publié dans Ma philo | Pas de Commentaire »

Que L’Amour soit ton bouclier !

Posté par Nanda le 22 mai 2011

amoure89c7.jpg

Ne te demande pas, et ne demande pas si l’on t’aime.
Douter de l’amour que l’on te porte, c’est douter de la force de vie elle-même.
C’est aussi absurde que de douter du lever du jour après chaque nuit.
L’amour te protège en toutes circonstances,
alors ne craint jamais de trop aimer,
le monde a besoin de ton amour, et l’on n’aime jamais trop.
Chaque graine d’amour que tu sèmes te reviendra multipliée.
Laisse la liberté à la personne que tu aimes.

Apprends à aimer comme aime le soleil.
Il répand sa chaleur sur tous, sans distinction.
Il n’attend rien en retour, et nul ne peut l’éteindre.
Transforme en Amour la jalousie, qui, comme le doute, détruit l’Amour.
On manifeste ainsi ce que l’on craint,
car le doute de manière égale au désir a pouvoir de création dans ton imagination.
Le véritable Amour bannit le doute.
Il ne peut que grandir,
il apporte la santé, l’abondance, la connaissance et la paix.
Nul ne peut l’offenser.
L’amour fait acquérir les qualités, et les défauts de l’être aimé,
car l’amoureux fixe son attention sur celui qu’il aime.
Exerce-toi à ne voir que les qualités en l’élu de ton coeur ;
ainsi tu les manifesteras toi-même,
et tu l’aideras à dissoudre ses défauts.
Le diable mourra de ton indifférence.
L’amour ne se venge jamais.
Trouve en lui la force d’aimer le divin caché dans ton ennemi,
il se transformera sous tes yeux en ami.
Au lieu de descendre à son niveau, en cherchant à te venger du mal qu’il t’a fait,
tu l’aideras à monter vers la lumière qui brille en toi.

Publié dans Ma philo | Pas de Commentaire »

L’AMOUR

Posté par Nanda le 25 mars 2011

C’est pas de moi mais je pense tout pareil Sourire

 

L’amour est comme un oiseau libre d’aller partout, le ciel tout entier est sa liberté. Vous pouvez attraper l’oiseau, vous pouvez le mettre dans une belle cage dorée, et l’on pourrait penser que c’est le même oiseau que celui qui volait en liberté et qui avait le ciel tout à lui. Ce n’est le même oiseau qu’en apparence, ce n’est pas lui, vous l’avez tué. Vous lui avez coupé les ailes. Vous lui avez pris son ciel. Et les oiseaux se fichent de votre or : aussi précieuse soit-elle, votre cage est une prison.

Et c’est ce que nous faisons de notre amour : nous fabriquons des cages dorées. Nous avons peur, parce que le ciel est immense, peur que l’oiseau ne revienne pas. Pour le tenir sous contrôle, nous devons l’emprisonner. C’est ainsi que l’amour devient mariage.

L’amour est un oiseau qui vole : le mariage est un oiseau dans une cage dorée. Et l’oiseau, à coup sûr, ne pourra jamais vous pardonner. Vous avez détruit toute sa beauté, toute sa joie, toute sa liberté.

Les amoureux ont toujours peur. Ils ont peur parce que l’amour vient comme la brise. Vous ne pouvez le créer, ce n’est pas quelque chose que l’on fabrique – il vient. Mais tout ce qui vient de lui-même peut aussi repartir de lui-même ; c’est un corollaire naturel. L’amour vient, et les fleurs s’épanouissent en vous, les chansons vous montent dans le coeur, l’envie de danser… mais avec une peur cachée. Que se passera-t-il si cette brise qui vous est venue, fraîche et parfumée, vous quitte demain ?… Car l’existence ne se limite pas à vous. Et la brise n’est qu’une invitée : elle restera chez vous aussi longtemps qu’elle en aura envie, et elle pourra partir d’un moment à l’autre.

Ceci crée une peur chez les gens, et ils deviennent possessifs.

On devrait s’aimer, aimer intensément, aimer totalement, et ne pas se soucier du lendemain. Si l’existence a été si merveilleuse aujourd’hui, faites-lui confiance : demain elle sera encore plus belle et plus merveilleuse. A mesure que grandit votre confiance, l’existence se montre de plus en plus généreuse à votre égard. Elle déversera plus d’amour sur vous. Elle fera pleuvoir sur vous encore plus de fleurs de joie et d’extase.

Aimez intensément, totalement, et vous ne penserez jamais à créer d’asservissement, de contrat. Vous ne penserez jamais à rendre quelqu’un dépendant. Si vous aimez, vous ne serez jamais cruel au point de détruire la liberté de l’autre. Vous l’aiderez, vous élargirez son ciel.

C’est le seul critère de l’amour : il donne la liberté, et il donne inconditionnellement.

Osho

Publié dans Ma philo | 1 Commentaire »

Etre Jeune

Posté par Nanda le 21 mars 2011

La jeunesse n’est pas une période de la vie, elle
est un état d’esprit, un effet de la volonté, une
qualité de l’imagination, une intensité émotive, une
victoire du courage sur la timidité, du goût de
l’aventure sur l’amour du confort.

On ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain
nombre d’années, on devient vieux parce qu’on a
déserté son idéal. Les années rident la peau,
renoncer à son idéal ride l’âme. Les préoccupations,
les doutes, les craintes et les désespoirs sont les
ennemis qui lentement nous font pencher vers la
terre et devenir poussière avant la mort.

Jeune est celui qui s’étonne et s’émerveille. Il
demande comme l’enfant insatiable. Et après? Il
défie les événements, et trouve de la joie au jeu de
la vie.

Vous êtes aussi jeune que votre foi. Aussi vieux
que votre doute. Aussi jeune que votre espoir. Aussi
vieux que votre abattement.

Vous resterez jeune tant que vous resterez
réceptif. Réceptif à ce qui est beau, bon et grand.
Réceptif aux messages de la nature, de l’homme et de
l’infini.

Si un jour votre c ur allait être mordu par le
pessimisme et rongé par le cynisme, puisse Dieu
avoir pitié de votre âme de vieillard.

Texte de Samuel Ullmann,
cité par le Général McArthur

Publié dans Ma philo | Pas de Commentaire »

La liberté selon l’astrologie MAYA

Posté par Nanda le 25 juillet 2009

La liberté ne signifie pas être libre de ses mouvements mais plutôt être libéré de ses limites et pouvoir ainsi aimer à l’infini. Chacun se libère au fur et à mesure des connaissances qu’il acquiert. Il ne faut donc pas vouloir à tout prix que le monde soit en paix et que chacun agisse dans ce sens, vous perdriez votre énergie. Non, il vous suffit de laisser cet amour et ce désir de paix s’exprimer à travers vous. Ils feront leur chemin.

Publié dans Ma philo | Pas de Commentaire »

SI C’EST AILLEURS,C’EST ICI.

Posté par Nanda le 27 juin 2009

diamant2.jpg

Un corps t’a été donné. Tu peux l’aimer ou le détester,

mais ce sera le tien pour toute la durée de cette vie.

Tu vas apprendre des leçons.

Tu es inscrit(e) dans une école informelle à plein-temps appelée « Vie ».

 Chaque jour, tu auras l’occasion  d’apprendre des leçons dans cette école.

Tu pourras aimer les leçons,

 ou penser qu’elles sont idiotes ou sans objet.

Il n’y a pas de fautes ou d’échecs, seulement des leçons.

La croissance est un processus « essai-erreur-correction » ; elle consiste à

Expérimenter, à faire des expériences. Les expériences « ratées »

Fonts  tout autant part du processus que celles qui « réussissent ».

Une leçon sera répétée jusqu’à ce qu’elle soit acquise, intégrée.

Une leçon te sera présentée sous diverses formes, jusqu’à ce que tu l’apprennes.

Quand tu l’auras apprise, tu pourras passer à la leçon suivante.

Apprendre des leçons ne finit jamais.

Il n’y a pas de partie de « Vie » qui ne contienne de leçon.

Si tu es en vie, il y a des  leçons à apprendre.

« Ailleurs » n’est pas meilleur qu’ »ici ».

Quand ton « ailleurs » est devenu « ici », tu obtiens à nouveau un autre « ailleurs »

 qui, à son tour, te semblera meilleur qu’ »ici ».

Les autres sont essentiellement des miroirs de toi-même.

 Tu ne peux aimer ou détester « quelque chose » chez autrui que

 si ce « quelque chose » reflète une caractéristique que tu aimes ou que tu détestes en toi.

Ce que tu fais de ta « Vie » dépend de toi.

Tu as tous les outils, toutes les ressources dont tu as besoin.

Tu es le créateur de ta vie. Ce que tu en fais dépend de toi.

Le choix t’appartient. Tes réponses sont en toi.

Les réponses aux questions de la « Vie » sont en toi. Tout ce qu’il faut, c’est

regarder, écouter, sentir et faire confiance. Tu es la source.

A mesure que tu t’ouvres à cette confiance, tu te souviendras de plus en plus de tout ceci.


 

Publié dans Ma philo | Pas de Commentaire »

N’OUBLIE PAS LE PRINCIPAL

Posté par Nanda le 19 novembre 2008

grosnounou.jpg

 

Huit minutes pour choisir

L’histoire raconte la légende d’une femme pauvre tenant son garçonnet dans les bras, et qui, passant devant une caverne entendit une voix mystérieuse qui venait de l’intérieur et lui dit :

« Entre et prends tout ce que tu désires, mais n’oublie pas le principal. Souviens-toi d’une chose : Après que tu sois sortie, une porte se fermera à tout jamais. Cependant, profite de l’opportunité,
mais n’oublie pas le principal. »

La femme entra dans la caverne et trouva beaucoup richesses.
Fascinée par l’or et les bijoux, elle déposa l’enfant à terre et commença à amasser fébrilement tout ce quelle pouvait dans son tablier. Elle pensait à tout ce qu’elle allait pouvoir faire avec ces trésors.

La voix mystérieuse lui dit : « Les huit minutes sont presque terminées n’oublie pas le principal »
En entendant cela, la femme chargée d’or et de pierres précieuses, courut hors de la caverne et la porte se ferma derrière elle.
Elle admirait ses richesses, et se rappela, alors, seulement, que le garçonnet était resté à l’intérieur … mais la porte était fermée à tout jamais !

La richesse dure peu mais le désespoir, toujours !
Le principal, c’est les valeurs spirituelles, la foi, la vigilance, la famille, les amis, la vie.

Mais l’appât du gain, la richesse, les plaisirs matériels nous fascinent tellement que le principal reste toujours de côté.
Ainsi nous épuisons notre temps ici bas et nous laissons de côté l’essentiel :
« Les trésors de l’âme ».
Nous ne devons Jamais oublier que la vie en ce monde, passe rapidement et que la mort arrive de façon inattendue.
Et lorsque la porte de cette vie se fermera pour nous, à rien ne serviront nos lamentations.
Nous vivons dans un monde rempli de problèmes, d’angoisses, de corruption, de vandalisme, d’injustices, où chaque jour meurent des millions de personnes, mais tout cela arrive parce que nous avons oublié le principal…
La même chose, parfois nous arrive. Nous avons quelques 80 ans pour vivre en ce monde, et toujours une voix nous rappelle :
« De ne pas oublier le principal! »
l’amour, la paix, l’humilité, la sincérité…

Soigne LA VIE,
ÉPRENDS-TOI D’ELLE
Et sois toujours en accord avec les Lois de L’Univers

Auteur inconnu

 

Publié dans Ma philo | 1 Commentaire »

LA CORDE INVISIBLE

Posté par Nanda le 31 octobre 2008

angelwings.jpg

Un paysan avec 3 de ses ânes se rendait au marché
pour vendre sa récolte.

La ville était loin et il lui faudrait plusieurs
jours pour l’atteindre.

Le premier soir, il s’arrête pour bivouaquer non
loin de la maison d’un vieil Hermite.

Au moment d’attacher son dernier âne, il s’aperçoit
qu’il lui manque une corde.

Si je n’attache pas mon âne se dit-il demain, il
se sera sauvé dans la montagne!

Il monte sur son âne après avoir solidement attaché
les 2 autres et prend la direction de la maison
du vieil hermite.

Arrivé, il demande au vieil homme s’il n’aurait pas
une corde à lui donner.

Le vieillard avait depuis longtemps  fait vœux
de pauvreté et n’avait pas la moindre corde,
cependant, il s’adressa au paysan et lui dit:

« Retourne à ton campement et comme chaque jour
fait le geste de passer une corde autour du cou de
ton âne et n’oublie pas de feindre de l’attacher à
un arbre. »

Perdu pour perdu, le paysan fit exactement ce
que lui avait conseillé le vieil homme.

Le lendemain dès qu’il fût réveillé, le premier
regard du paysan fût pour son âne.

Il était toujours là!

Après avoir chargé les 3 baudets, il décide de
se mettre en route, mais là, il eut beau faire,
tirer sur son âne, le pousser, rien n’y fit.

L’âne refusait de bouger.

Désespéré, il retourne voir l’Hermite et lui
raconte sa mésaventure.

« As-tu pensé à enlever la corde? » lui demanda-t-il.

« Mais il n’y a pas de corde! » répondit le paysan.

« Pour toi oui mais pour l’âne… »

« Le paysan retourne au campement et d’un ample
mouvement, il mime le geste de retirer la corde.

L’âne le suit sans aucune résistance.

…………………………
…………………..

 Ne nous moquons pas de cet âne. Ne sommes-nous pas,
nous aussi, esclave de nos habitudes, pire, esclave
de nos habitudes mentales?

Demandez-vous quelle corde invisible vous empêche de
progresser…

Publié dans Ma philo | Pas de Commentaire »

L’HOMME ET L’ENFANT

Posté par Nanda le 2 octobre 2008

moimimimidjpg.jpgL'HOMME ET L'ENFANT dans Ma philo

Un homme tomba dans un trou et se fit très mal.

Un Cartésien se pencha et lui dit : Vous n’êtes pas rationnel, vous auriez dû voir ce trou.
Un Spiritualiste le vit et dit : Vous avez dû commettre quelque péché.
Un Scientifique calcula la profondeur du trou.
Un Journaliste l’interviewa sur ses douleurs.
Un Yogi lui dit : Ce trou est seulement dans ta tête,
comme ta douleur.
Un Médecin lui lança deux comprimés d’aspirine.
Une Infirmière s’assit sur le bord et pleura avec lui.
Un Thérapeute l’incita à trouver les raisons pour lesquelles ses parents le préparèrent à tomber dans le trou.
Une Pratiquante de la pensée positive l’exhorta : Quand on veut, on peut !
Un Optimiste lui dit : Vous auriez pu vous casser une jambe.
Un Pessimiste ajouta : Et ça risque d’empirer.

Puis un enfant passa,

et lui tendit la main…

Publié dans Ma philo | 2 Commentaires »

123
 

Secrétaire-Chsct-Crns |
Communication NonViolente -... |
ma vision des choses!!! |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | VLADI livres
| µTime
| Boîte à idées